Archive | 7 avril 2013

La ligne de partage de Nicholas Evans

Je suis sensible aux histoires narrées par Nicolas Evans, ses sujets sont toujours brillants et ils me captivent à coup sûr, comme le fameux « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ». J’ai lu avec un plaisir certain « Le cercle des loups » et « Le cœur des flammes », deux autres magnifiques romans dont je ferai de prochaines chroniques.

On dit « on choisit ses amis, pas sa famille »

Ce récit nous montre cependant à quel point les liens familiaux sont solides, et comment ils nous construisent, ou nous détruisent.

Il s’agit ici de l’histoire d’une famille unie. Deux adultes qui s’aiment. Deux enfants choyés, dans une famille aimante.

Malheureusement, malgré cet amour mutuel, les parents ne communiquent pas quand cela ne va pas. Ils s’emmurent chacun dans leurs silences, avec toutes leurs bonnes raisons… Et c’est ce mutisme qui brise la famille, entraînant un de leur membre, la jeune Abbie, dans une dérive telle qu’elle aboutit à sa mort, tout simplement. (rassurez-vous, je ne dévoile rien, c’est dit dés le début)

Il n’y a rien de plus tragique ni de moins naturel que de perdre un enfant, ça, je l’ai déjà écrit quelque part… Les gens de cette histoire saignent – dedans, et dehors – Le sang coule. Le leur, et celui des autres. Et ceux qui restent ne seront plus jamais les mêmes.

On entre doucement dans l’univers de cette famille, on se laisse porter par les événements, on comprend, on compatit, on va jusqu’au bout… On imagine à quel point cela pourrait nous arriver. Je vous le confie : j’ai pleuré sur les pages de ce livre.

Le résumé d’Albin Michel
Entre passions et désirs, espoirs et illusions perdues : il y a toujours une ligne de partage…
Un corps encastré sous la glace d’un torrent du Montana. C’est tout ce qu’il reste d’Abbie Cooper, recherchée dans tous les États-Unis pour meurtre et actes « d’éco-terrorisme ». Comment la jeune fille a-t-elle trouvé la mort ? Quelle dérive a pu entraîner l’enfant choyée d’une famille aimante à une fin aussi tragique ? Des rues de New York aux majestueuses Montagnes Rocheuses, La Ligne de partage nous entraîne dans l’histoire d’une famille brisée par la trahison, essayant désespérément de retrouver le bonheur enfui.
Dix ans après L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, le grand retour de Nicholas Evans avec un roman puissant, épique, véritable thriller du cœur humain

Flying,-Bridger-Bowl,-Montana

La quatrième de couverture
Deux skieurs hors-piste dévalent les pentes du Montana. Alors que l’un d’eux fait une chute et tombe dans un ravin, ils retrouvent le cadavre d’une jeune femme, pris dans la neige et la glace. Il s’agit d’Abbie Cooper, en cavale depuis trois ans après avoir été accusée de meurtre. Ses parents, divorcés, sont appelés par le shérif de la ville pour venir à Missoula récupérer le corps pour les funérailles. Nicholas Evans remonte alors le temps, et l’on découvre peu à peu l’histoire d’Abbie, celle de ses parents et de son frère, Josh. Un cocktail de drames, d’histoires d’amour difficiles, de crises de l’adolescence, de chevauchées dans les montagnes, crinières flottant au vent, avec au bout du compte le deuil puis l’apaisement. Si Le partage des passions n’est pas de la graine de best-seller, cela y ressemble bigrement !