Archive | janvier 2014

Lire – Écrire – Sourire c’est quoi ?

« Lire – Écrire – Sourire » est une association conçue pour accueillir toute personne prise par la pulsion d’écrire, désireuse de partager ses goûts littéraires pour le plaisir d’en découvrir de nouveaux, curieuse de prendre part à des ateliers d’écriture, et aspirant à développer sa créativité.

Lire, c’est entrer dans une histoire, la savourer, s’identifier à un des personnages, être dans la délicieuse attente de la suite, avoir à la fois l’envie de tourner les pages pour savoir, et le désir de relire un passage pour mieux le déguster. Lire, c’est aussi retrouver ou découvrir un auteur, admirer la complexité, le rythme, ou la beauté de ses phrases, c’est, parfois, être en désaccord, ou touché par ce qu’il dévoile de son intimité.

Écrire
, c’est un acte de courage : c’est s’exposer à être lu, à être accueilli ou banni, applaudi et considéré ou bien blâmé et déprécié. Parfois, c’est se heurter à l’indifférence absolue. L’écriture est aussi pure solitude : c’est être face à la page et décider de prendre ce chemin-ci plutôt que celui-là, le suivre et puis revenir sur ses pas parce qu’il ne mène nulle part, et puis emprunter l’autre et recommencer. C’est choisir un mot parmi tous les mots et le poser, puis l’effacer et le remplacer, pour le gommer encore et tout recommencer. C’est oser prendre le risque de se dévoiler, oser dire par l’écrit ce qui, peut-être, sera mal compris, mal interprété, oser donner à lire ses propres mots, sans savoir s’ils feront du bien ou s’ils blesseront. Écrire c’est créer, inventer, partager, c’est offrir deux heures de voyage, un dépaysement, un bon moment, une réflexion, c’est vivre, regarder, écouter, échanger, comprendre, malaxer tout cela, et puis écrire, pour prolonger la vie. Écrire, c’est remplir sa solitude, c’est aussi remplir la solitude de l’autre, celui qui lit.

Faire lire et faire écrire, ça donne le sourire. Parfois ça fait pleurer, mais tout de suite après revient le sourire !
Lire pour se nourrir,
Écrire pour offrir,
Sourire pour se réjouir.

Pourquoi ce blog

DSC_0248Lectrice invétérée, je désire vous faire profiter de mes découvertes en vous livrant mes coups de cœur, et surtout en écrivant pour vous des « bandes annonces » littéraires.

Formée au métier de correctrice, initiée à la psychologie humaine, auteure et animatrice d’atelier d’écriture, ma passion pour les lettres a ravivé mes rêves de papier, d’encre et de plumes. Je me suis prise au mot, j’écris, j’ose, j’explore, je jette l’encre, je prends ma plume d’or… et la mets à votre service :

Je propose aujourd’hui de venir à votre rencontre, pour écrire votre biographie, un roman familial que vous pourrez léguer à vos enfants et petits-enfants, pour leur laisser mieux que des souvenirs, un témoignage, une empreinte profonde qui relèvera de votre patrimoine familial. Votre vie a assurément un sens. La réalité sentie et vécue est la plus précieuse, et c’est cela que j’aime entendre et écouter, pour retracer votre histoire, reconnaître vos repères affectifs, écrire dans le respect de votre cheminement. Dans chaque famille il y a un don, une habileté particulière, une force. Nous avons en nous un héritage positif, alors je suis prête à m’investir auprès de vous pour que, surtout, vous n’oubliez pas cela, mais aussi pour que vous vous retrouviez à travers le déroulement de votre récit, et que vous assouvissiez ce désir légitime de laisser votre trace.

Les Soleils de l’hiver

Tout d’abord, merci à René Barral pour l’écriture et le partage de cette histoire, située au cœur des Cévennes méridionales. J’aurais adoré avoir un grand-père comme Joseph ! Il est de cette sorte d’homme qui vous fait aimer la vie, qui vous donne envie de vous lever tôt le matin, et d’applaudir. Je remercie vivement Elsa, elle m’a fait découvrir à la fois ce livre et son auteur.

Lorsque sa femme meurt, Joseph a 82 ans, alors on ne s’attend pas à ce qu’il poursuive sa vie en ouvrant si grand ses yeux, à la fois sur la nature, admirable dans cette région des Cévennes, et sur les autres personnages, que cette même région à la rude école a pourvus de droiture et de simplicité… En même temps que Joseph, nous découvrons sa vieille voisine « La Bousconne », une femme surprenante et d’une généreuse bonté, qu’elle avait toujours bien su camoufler sous une fâcheuse carapace, et Tintin, un homme simple d’esprit, au langage rudimentaire et au cœur immense, qui a surtout besoin d’une tendre et bienfaisante protection. Et puis arrivent Patrick, ce fils ingrat et cruel, qui déçoit vivement son père jusqu’à le faire pleurer de rage, Thierry, le cadeau inespéré de la vie à Joseph, et d’autres surprises que je vous propose de découvrir par vous-même, en lisant cette œuvre poétique et sensible, dotée de passages lumineux, eux-mêmes imprégnés de tendresse et d’espoir. Forcément Joseph saura toucher votre âme, et forcément, vous apprécierez. Moi, j’ai savouré, tout simplement.