Pour un enfant de Marie-Laure Bigand

L’enfant de Sandra est morte… et enterrée. Sandra s’accroche à la vie, juste par cet instinct de survie qui nous anime tous, et se manifeste quand il s’agit de ne pas mourir. Jusqu’à ce coup de fil complètement inattendu qui l’étourdit et la déconcerte au plus au point, en plein milieu de la nuit. La jeune mère endeuillée choisit d’écouter son cœur et son intuition, elle se persuade alors de mener sa barque toute seule, déterminée et prête à lutter contre ceux qui voudront s’opposer à ses décisions. Sandra ne recule devant rien et va jusqu’au bout, nous emmenant avec elle de rebondissements en rebondissements… Marie-Laure Bigand pousse la femme de ce récit jusqu’au plus profond de ses émotions les plus intenses.

Difficile de vous confier un résumé sans dévoiler certaines choses qu’il serait dommage de révéler, sous peine de gâcher votre lecture…

Quatrième de couverture :
Confession d’une mère qui ne cesse de croire… Prête à tout sacrifier, elle met de côté ses rêves et se lance dans la lutte face au désastre de la disparition de son enfant, moteur principal du récit, submergée par le pouvoir hypnotique de son amour pour sa fille. L’auteur dessine avec force le portrait d’une femme dont la conscience s’éveille et lui permet de triompher de sa peur.
Un livre saisissant, émouvant et angoissant à la fois. Une parole, un geste, des personnages atypiques, tout concourt à créer une atmosphère unique.
Marie-Laure Bigand grâce à son souci du style, qui se veut constant, nous entraîne dans une enquête passionnante où l’action menée rapidement réussit à échapper aux images type du roman à énigme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *